Accord commercial États-Unis-Mexique de Trump

AP Photo/Evan Vucci

*Première publication en anglais – 3/9/2018*

Une horloge brisée est correcte deux fois par jour et les politiques commerciales du président Trump sont techniquement mieux que ses prédécesseurs. Je donnerai crédit quand le crédit est dû, et le nouvel accord commercial entre les États-Unis et le Mexique, annoncé lundi, est un pas loin de la politique de libre-échange néolibérale que les démocrates et les républicains ont enfoncés pendant des années.

L’accord conclu avec le président mexicain Enrique Peña Nieto fait partie des efforts de Trump pour mettre fin à l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), qui a entraîné la destruction des moyens de subsistance mexicains et américains. L’accord est loin d’être parfait, mais l’ALENA est le diable et je crois sincèrement qu’il a la possibilité de ramener des emplois bien rémunérés aux Mexicains et aux Américains.

Selon Business Insider points saillants de l’accord, certains des changements les plus positifs sont liés à l’industrie automobile. Pour qu’une automobile soit exemptée des tarifs, 75% de celle-ci doit être effectuée au Mexique ou aux États-Unis. Ceci est en hausse par rapport aux 62,5% précédents. Ce qui est vraiment surprenant, c’est que 40 à 45% d’une automobile doivent être fabriqués par des travailleurs gagnant au moins 16 USD l’heure ou faisant l’objet d’un tarif punitif de 2,5%. Il s’agit d’un nouvel ajout qui pourrait permettre de mieux rémunérer les ouvriers mexicains. L’idée, émanant des syndicats d’automobiles américains, est que les usines ne déménageront pas pour une main-d’œuvre bon marché si le travail a droit au même salaire.

L’accord applique également des réglementations plus strictes sur l’origine de plusieurs produits industriels, ce qui est crucial maintenant que Trump a sanctionné les industries métallurgiques de Chine, de Turquie, du Canada et de l’UE. La perte de ces marchés due à des représailles réciproques signifie que les États-Unis cherchent désespérément un marché des métaux et une production nationale. Il en va de même pour plusieurs autres marchés, y compris l’agriculture et en particulier le porc.

L’accord doit encore être approuvé par le Congrès et il existe une opposition bipartite à l’accord. Les politiciens du Parti démocrate, qui se présentent comme des progressistes, montrent leurs vraies couleurs alors qu’ils affluent tous pour vanter un accord de l’ALENA pour la classe ouvrière. Cet accord a placé les contradictions du néolibéralisme dans les projecteurs politiques.

Lors de l’élection présidentielle de 2016, il est devenu clair que Trump, à tout le moins nominalement, représentait des intérêts de classe différents de ceux des candidats démocrates et républicains (les Clinton et les Bush). Le trumpisme est le résultat du mécontentement parmi les nationale capitalistes (c’est-à-dire bourgeois). Avec la fin de la guerre froide, les forces de international (c.-à-d. néolibéral) le capital est devenu le principal intérêt de classe avec des organisations telles que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et le Fonds monétaire international (FMI). Tous les capitaux nationaux et leurs partis politiques (travail, CDU, etc.) sont devenus subordonnés, mais à des degrés divers.

Avance rapide jusqu’au milieu des années 2010, et les contradictions entre national et international se sont accentuées. Les emplois vont de l’étranger et les industries nationales ne peuvent pas concurrencer les produits importés moins chers et sans subventions. En dépit de la volonté de toute entreprise de rester au côté de l’État, ils sont finalement contraints de s’adapter à la volonté de la finance mondiale ou de sombrer. Ce sont les intérêts visés par la politique commerciale de Trump. Il est un véritable nationaliste et a donc une politique commerciale protectionniste.

En tant que marxiste, il est important d’analyser chaque événement le plus objectivement possible. Alors que beaucoup, pas seulement les libéraux, sont emportés par l’absolutisme moral, vous devez prendre ce que vous pouvez tirer de n’importe quelle situation.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*